Un pionnier des quilles tire sa révérence

ESTRIE. Avec la retraite officielle de Richard Boucher à titre de propriétaire du Salon de quilles Memphré, c’est une importante page d’histoire du milieu des quilles en Estrie qui se tourne.

Si des milliers de personnes se retrouvent sur les allées chaque semaine en région, elles le doivent en partie à l’homme d’affaires magogois, qui a largement contribué à la renaissance de ce sport à la fin des années 1980.

Constatant qu’il n’y avait pratiquement plus d’endroits dans les Cantons-de-l’Est pour jouer aux grosses quilles, M. Boucher avait démarré le Salon de quilles Abénaquis (centre-ville de Sherbrooke) avec des partenaires en 1989, puis avait fait de même avec le Salon de quilles Memphré (Magog) en 1992 et le Salon de quilles Sher-Mont (Est de Sherbrooke) en 1993.

« Lorsque nous avons lancé les activités du Salon Abénaquis (aujourd’hui fermé), c’était la folie furieuse. Ça faisait trois ans qu’il n’y avait plus de grosses quilles dans le coin (depuis la fermeture du Salon Lorraine en 1986) et les gens attendaient en file devant l’établissement pendant les premières semaines d’ouverture », se rappelle M. Boucher.

Ce dernier convainc ensuite ses collègues de répéter l’expérience en sol magogois et de mettre sur pied le Salon de quilles Memphré.

Rapidement, l’endroit devient un incontournable du secteur des loisirs à Magog, « obligeant » même les propriétaires à faire un agrandissement en 1995, pour passer de 16 à 22 allées.

Malgré une inondation qui a touché les installations il y a une dizaine d’années et en dépit d’une fermeture de 11 mois attribuable à la pandémie, la popularité des quilles s’est toujours maintenue sur la scène locale. « Il y a eu quelques saisons moins faciles, mais le ralentissement n’a pas duré longtemps. En 2023, nous avons connu la meilleure année de notre histoire, et 2024 s’annonce encore mieux », prévoit l’ancien propriétaire.

« Quand les gens cherchent une sortie agréable à faire en famille ou entre amis, et pas trop dispendieuse, les quilles viennent en tête de liste », fait-il valoir.

800 joueurs

Souvent associées aux aînés, les quilles ont la cote auprès de toutes les tranches de la population, estime Richard Boucher.

« Nous avons 800 joueurs et joueuses dans nos différentes ligues (à Magog), et il y en a vraiment de tous les âges. On retrouve notamment une ligue de jeunes qui se déroule le samedi matin depuis plusieurs années. Ça nous fait une belle relève. Et ce qui est intéressant aussi, c’est qu’on a des participants d’un peu partout dans la MRC, et même de la région de Granby », -précise-t-il.

Unique propriétaire du Salon Memphré depuis 1997, M. Boucher a vendu son entreprise au cours de l’automne à deux associés, en l’occurrence Nicolas -Boucher (son fils) et Pierre-Luc Marceau.

Et c’est avec le sentiment du devoir accompli qu’il a adopté le statut de retraité. « J’ai passé presque 35 ans dans le secteur des quilles, alors je crois qu’il est temps de faire place à du sang neuf », fait-il valoir, tout en souhaitant bon succès aux nouveaux proprios.

« J’ai quand même une bonne pensée pour les 300 à 400 employés que j’ai côtoyés au fil des ans, autant à Sherbrooke qu’à Magog. J’ai vraiment eu du bon monde pour m’épauler et je veux tous les remercier. J’ai toujours considéré qu’on était comme une grande famille. Certains ont rencontré leur conjoint ou conjointe ici et ont eu des enfants qui travaillent à leur tour au Salon », se réjouit-il.

Trois salons à Magog

Originaire de Magog et maintenant âgé de 75 ans, Richard Boucher a toujours habité dans cette ville. Durant sa jeunesse, il a travaillé à tour de rôle à la -Dominion -Textile, au ski et golf du -Mont-Orford ainsi qu’au défunt -Salon de quilles Laurier.

« Les quilles étaient très populaires lorsque j’étais jeune et il y avait trois salons qui opéraient en même temps à une certaine époque… en plus de trois cinémas. »

« Je me demande encore comment tous ces commerces faisaient pour vivre dans une petite ville comme Magog », s’interroge celui qui a aussi œuvré dans l’alimentation avant de se lancer à temps plein dans le domaine des quilles.